Select Page

Choisir la simplification n’est pas fuir la complexité. S’il est un domaine complexe, c’est bien celui des relations humaines et de la communication.

La vie en société n’est pas simple et j’estime que la clarté est un respect que l’on se doit à soi même et que l’on doit aussi aux autres.

Il vous est sûrement déjà arrivé de ressentir un profond malaise devant le comportement d’un ami, de passer de longues heures à vous demander pourquoi il avait dit telle ou telle chose, d’avoir du mal à dormir à force de vous rejouer la scène.

À la limite vous vous sentez trahi… vous faites des scénarios étranges, des amalgames avec d’autres incidents. Bref, ce qui se passe en vous est loin d’être zen. Souvent, on se raisonne et on passe à autre chose, mais il reste toujours des traces de ces émotions.

Le nombre de non-dits dans nos relations est impressionnant. L’autre aurait dû deviner. On projète et on cultive le malentendu. Pourquoi est-ce si difficile de lui dire : Hé l’ami… quand tu m’as dit tel truc, je me suis senti mal, y aurait-il des choses dont nous devrions discuter?

J’appelle ça naïvement « préserver la virginité » des relations. Vous savez quand vous avez un nouvel ami, un nouvel amoureux, un nouveau patron… bref, quand tout est neuf, c’est facile, il n’y a pas de malentendu, pas de préjugé, pas de blessure antécédente. On en prend peu conscience, mais c’est précieux, on devrait faire en sorte que le terrain reste aussi propre que possible.

La seule manière d’y arriver, est de clarifier, même si vous risquez de vous faire dire… « non mais pas du tout, tu as mal interprété… » Au moins vous aurez dit, vous ne resterez pas avec un malaise sur lequel risque de s’élaborer d’autres malaises. Vous remettez les compteurs à zéro. Et même si cet ami, cet amoureux ou ce patron n’est pas franc et que le malaise que vous aviez ressenti avait un fondement, ce ne sera plus dans votre tête. Ça ne vous appartiendra plus.

Parfois on évite parce que ça prend du temps et disons-le aussi du courage parce qu’on se dévoile. Et si on a pas l’habitude de le faire, on est malhabile. On attend, on marine un peu dans notre ressentiment et ça sort un peu croche. Mais plus on le fait, plus on développe des habiletés. On le dit tout de suite et le fait de ne pas attendre, évite l’émotivité et l’agressivité. C’est plus actif, moins défensif et ça passe mieux. Retrouver une certaine spontanéité, fait beaucoup de bien. Une façon vraiment efficace d’alléger notre esprit.

Alors parlons. Clarifions. Prenons le temps.