Select Page

En écrivant ce titre j’ai eu un flash. Vous souvenez-vous de l’époque où on disait que l’Internet était une fenêtre sur le monde? C’est d’ailleurs ce qui est à l’origine du nom Windows. Mais n’avez-vous pas l’impression qu’une mutation est en train de s’effectuer? que l’internet passe de fenêtre à vitrine et nous offre maintenant le choix d’être tour à tour consommateur et producteur?

Vous savez ce qu’est une plateforme ?  J’aime bien cette définition :  Étendue de terrain relativement plane, située en hauteur par rapport au terrain environnant. En fait, il y a plusieurs définitions pour ce mot. Mais les plateformes dont je veux parler sont celles-ci: ensemble d’outils destinés au stockage et au partage de contenus. Vous les connaissez ces plateformes, elles font partie de nos vies. Facebook, LinkedIn, Google Drive, Instagram, Youtube, SoundCloud, Amazon, Snapchat, Quora, Medium… bref, certaines naissent et disparaissent, d’autres se diversifient et agrandissent leur champ d’action. C’est le cas de Facebook, qui malgré tous ses défauts, anticipe l’avenir, achète à fort prix les plateformes qui ont du potentiel et ajoute sans cesse de nouvelles fonctionnalités. Le rêve de Facebook est assurément que vous n’en sortiez plus tellement vous y trouverez tout ce que vous cherchez. Ils y travaillent fort, et je parie qu’ils vont y arriver.

Les formes d’expressions se diversifient : blogue, forum, site Web, vidéo, vlog, podcast, communauté. Des modes soit, mais des moyens et plateformes d’expressions de plus en plus facile à utiliser. Au départ, il fallait payer cher pour acheter notre vitrine sur le monde. Savoir coder ou payer quelqu’un qui savait, puis savoir au moins créer des sites à partir de gabarits avec quelques habiletés, prendre de bonnes photos ou en acheter à fort prix, avoir accès à du matériel de qualité, apprendre le montage, savoir écrire ou payer un rédacteur, un correcteur, un traducteur, connaître quelques bases de design et de marketing afin de mettre tout ça en marché…

Les entreprises ont un « Tout ça » à mettre en marché… mais parlons en justement de « tout ça ». Vous avez tous un « ça » vous aussi. Vous, votre personne, votre personnalité avec tout ce qu’elle a d’unique. Vos connaissances, vos talents et la valeur que vous pouvez apporter au monde. Je réalise que dans ce monde en changement plusieurs de nous oublient ce qu’ils sont. Les modèles ont changé et il ne suffit plus de ressembler à nos parents et emprunter une voie tracée d’avance. Avec toutes les possibilités qui s’offrent à nous. il est dommage de vendre 2% de nos capacités et 80% de notre liberté à un employeur en échange d’une sécurité hebdomadaire. C’est encore possible de trouver un employeur qui utilise notre plein potentiel et qui participe même à le faire grandir. Soit. Mais encore faut-il que nous nous trouvions mutuellement. Et j’aurais pu donner ce même exemple pour un conjoint, pour les amis… C’est ici que la vitrine devient utile

Dans ce monde de surconsommation, on peut facilement passer des heures à gober bêtement des contenus débiles (levez la main s’il ne vous est jamais arrivé de perdre un temps infini à scroller du vide). On peut se perdre à tenter de ressembler aux stars, essayer en vain d’atteindre l’inatteignable, rester jeune, beau, mince en forme et faire semblant d’avoir une vie extraordinaire. Mais on peut aussi assumer pleinement qui on est et se présenter au monde avec juste le bon dosage de fierté et d’humilité. C’est tellement plus simple et plus sain. C’est surtout de plus en plus possible accepté et respecté.

Les moyens changent en permanence et vont continuer de changer. Ce sont des véhicules. Le contenu reste ce qui importe. Les idées, les manifestations artistiques, les expériences, les histoires, le savoir, tout ça existe depuis toujours et continuera d’exister quels que soient les moyens de les diffuser. Aujourd’hui avec zéro investissement autre qu’un peu de temps, tout le monde a une voix, tout le monde a droit, non pas à ses 15 minutes de gloire, mais à sa fenêtre/vitrine pour consommer/créer du contenu, apprendre et partager. Il y a une multiplication de moyens, une multiplication de sources d’information, de formations possibles. Il y a encore trop de choix pour la disciple de la légèreté que je suis. Je rêve du jour ou les véhicules vont s’adapter aux contenus plutôt que l’inverse. On pourra passer moins de temps à bidouiller et plus de temps à penser, créer, élaborer des projets, explorer, expérimenter… et partager tout ça avec nos semblables.