Select Page

Il fût une époque ou tout le monde se devait d’afficher une image parfaitement heureuse. Une bien belle époque pour la publicité d’ailleurs. On devait correspondre à une image toute formatée pour bien paraître en société. Bien sûr, dans l’intimité, il en était tout autrement. Chacun vivait son lot de drames, de honte et de mal être bien à l’abri des regards, pensant parfois que l’image du bonheur était la norme et se trouvant d’autant plus malheureux de se sentir seul dans cet état.

Il était si facile de vivre dans le mensonge, de cultiver des secrets, de frauder, de manipuler, de garder des gens dans l’ignorance, de corrompre ou de diviser pour régner. Aujourd’hui avec la circulation des données, tout se sait, ou presque. Il est alors plus simple d’être ce qu’on est, dire ce qu’on pense et agir en adéquation avec notre identité.

Les temps ont changé, et continuent de changer. Dans ce coin ci du monde du moins. Les gens s’affirment, osent être marginaux, afficher leurs différences, dire ce qu’ils pensent. Il y a bien sûr encore des gens qui ont une image « publique » et une image « privée » bien différentes. Ça fait même l’objet de petits drames ou de grands scandales. Mais je crois sincèrement que de plus en plus de gens portent leur vraie identité. Les réseaux sociaux y sont pour beaucoup. Au début d’Internet les gens n’utilisaient que des pseudos et plusieurs s’inventaient des personnages.

Évidemment me direz-vous, même avec leur vrai nom les gens ont tendance à exposer les parties de leur vie qui donnent envie. Et même d’en rajouter. C’est vrai, ça fait partie du paysage et de l’exploration de ces nouveaux médias. Toutefois, je continue de croire qu’à force d’être témoin d’une authenticité grandissante… on finit par s’influencer les uns les autres. Je ne parle pas ici des gens qui déballent tout sans aucun discernement. Je parle de ceux qui partagent, qui apportent leur voix, qui échangent et discutent de manière constructive. Qui se nourrissent mutuellement.

L’autre mérite d’avoir devant lui la vraie personne que vous êtes. Mérite aussi d’avoir accès à ce que vous pensez vraiment. Si vous l’en privez, c’est que vous considérez qu’il n’est pas apte à comprendre (manque de confiance en l’autre), ou que vous avez peur qu’il vous juge (manque de confiance en vous). L’authenticité relève pour moi d’un respect élémentaire. De plus, ça nous évite de perdre du temps avec des personnes qui font semblant d’être autre chose que ce qu’ils sont. Plus nous serons nombreux à le faire, plus simples seront les relations entre les humains.